Articles Taggés ‘graupner’

P51 FMS Giant scale : le Warbird enfin accessible !

23 décembre 2010

Impossible de ne pas craquer pour la nouvelle gamme des Warbird géants proposée par le fabricant asiatique FMS. L’offre paraît alléchante : look ravageur, proportions très bien respectés, déco réaliste, volets d’origine, ensemble brushless puissant, lipo 4S fourni … bref, sur le papier, c’est du tout bon, maintenant à voir, comme le dit la fable de Lafontaine «  si le fromage se ramage à votre plumage, vous êtes le corbeau des renards de ce bois »…bon à l’époque j’écoutais pas beaucoup la prof, faisais des avions en papier !!!

Venez découvrir la fiche produit sur notre site

Une reproduction parfaite du grandeur

» En lire plus:P51 FMS Giant scale : le Warbird enfin accessible !

Démonstration vidéo de l’Elektro Trainer (Avion Graupner)

26 septembre 2010

Voici une démonstration en vidéo de l’Elektro Trainer.
Le pilotage de l’avion est assuré par MD. » En lire plus:Démonstration vidéo de l’Elektro Trainer (Avion Graupner)

Discus 2ct Graupner (part 3 retour d’experience)

31 août 2010


Après quelques semaines de vol dans de nombreuses mains mais aussi en de nombreux lieux et dans toutes conditions….

plaine, pente, remorquage, thermique, dynamique, débutant, intermédiaire ou moustachus, je peux annoncer les constatations suivantes…. taratata…

Il est indestructible ! » En lire plus:Discus 2ct Graupner (part 3 retour d’experience)

Eurofighter Graupner part 1 et 2 (construction et 1er vol)

15 juillet 2010

Cette fois-ci on va faire dans le jet électrique à turbine. Ayant utilisé un Mirage 2000 du même constructeur Graupner qui ne m’a pas laissé de bons souvenirs pour cause de sous motorisation chronique, j’espère enfin un appareil « volable » de la maison Graupner dans la série JET électrique. La comparaison sera facile.

Dans la boite

La boite imposante  de l’Eurofighter de Graupner contient le modèle à assembler avec ses 3 servos déjà posés (2 pour les ailerons et 1 pour la commande de la roue avant) , le contrôleur et le moteur posés et cablés. Ce n’est pas un modèle destiné aux débutants, en conséquence je vais aller à l’essentiel.

La matière est très proche du polystyrène, c’est assez fragile. Les ajustages sont très corrects à l’image du cockpit déjà préparé avec ses aimants de fixation. Seule exception, les ailerons sur charnière plastique ont un BA droit même pas biseauté et pas vraiment alignés avec l’extrados.

L’assemblage des pièces de poly se fait à l’epoxy 5 minutes. Pour les ailes c’est assez sportif, car il n’y a pas de longeron, et on doit maintenir les moignons d’ailes à la main. Attention aux excès de colle, la notice indique que l’on peut les nettoyer à l’alcool ménager. Tout Faux l’alcool dissout et efface la peinture grise ! Cette peinture est mate et enregistre toutes les traces de doigts. En fait il vaut mieux la considérer comme un apprêt qu’une peinture de finition.

Dans la boite on trouve un tube de colle sans marque. Pour quoi faire ? je l’ai utilisé pour le collage du cockpit sur son berceau, mais aussi pour coller les 2 moustaches dans le fuselage. Cela tient, il y a peu d’efforts, pour le reste…

J’ai délibérément choisi de ne pas monter les réservoirs bombes et autres roquettes. C’est un peu trop guerrier à mon gout et ne doit pas améliorer l’aérodynamique et la finesse de l’oiseau. Je n’ai pas collé les nombreux autocollants fournis correspondant aux différents pays ayant choisi cet appareil.

moteur turbine contrôleur sont déjà installés

L’assemblage prends alors 2 heures max. Le centrage avec un accu 3S 2400mah de 230 grammes est trop avant. Agrandissez le logement vers l’arrière de 50mm. L’accès n’est pas facile, il faut jouer du cutteur et de la mini-perceuse idéalement avec flexible.

la turbine 6 pales diamètre 65mm est déjà installée dans le fuselage avec son contrôleur

Le train d’atterrissage est très rigide, ne comptez pas sur lui pour amortir les impacts lors de l’atterrissage, Graupner aurait pu prévoir des jambes tirées plus longues ou simplement coudées vers l’arrière. Les roue mousses sont légères mais rigides, pas beaucoup d’amortissement non plus à attendre.

L’appareil assemblé est superbe, la ligne est fluide et les proportions harmonieuses. C’est vraiment un bel avion.

comparé au Mirage 2000 Graupner L’eurofighter est capable de performance très supérieures en vitesse et distance de décollage. Le Mirage manque cruellement  de poussée comparativement.

Beau, oui mais il vole comment ?

Marcel Dassault avait l’habitude de dire qu’un avion pour voler doit être beau. Le concurrent du Rafale ne le démentira pas.

La conso au sol plein gaz approche 52A avec un accu Avionnic 2400 que j’utilise sur ma fun jet rapide avec des pointes à 65 sans pb. J’ai pu voir sur le net que que l’on pouvait lancer l’Eurofighter à la main sans courir ! pour un modèle a turbine c’est pas banal ! J’ai plutôt vu jusqu’à présent des avaleurs de piste dans les modèles à turbine électrique…

un appareil gris sur un ciel gris, on fait mieux pour la visibilité

Graupner  en conclusion dans sa notice nous disait, « la construction est très simple mais le pilotage est exigeant « (!) on fait mieux pour rassurer le pilote avant le premier vol…

En fait il est plutôt facile, le décollage se fait en 20-30m sans vent, le taux de monté est de 45°, la vitesse très modérée, peut-être 80-100 km/h et le bruit de la turbine est bien présent. Il est particulièrement gentil dans ses approches, pas de décrochage violent, il reste à plat. Le tonneau est rapide et dans l’axe, le looping demande une prise de vitesse.  Moteur arrêté la finesse n’est pas géniale et le taux de chute important mais reste contrôlable aisément. Évidemment aucun effet de couple à la mise des gaz, mais une réactivité plus faible qu’une hélice. Cela vole avec du moteur, et plane peu, on sollicite beaucoup les accus avec une décharge constante à 30 A et des pointes à plus de 50. Mais quelle allure en vol !


Pour la prise de vue,  on n’est pas des champions, il cavale quand même le chasseur.

Première évaluation

L’Eurofighter est destiné au pilote moyen, sa vitesse d’évolution est raisonnable, il n’y a pas de mauvaises surprises. C’est un jet à turbine électrique facile capable de décoller aisément.

Si une : il vous faut des accus à la hauteur, des accus Extreme ont gonflé après un seul vol pourtant soft.

Points +

  • look clé en mains, il ne manque rien pour une maquette
  • facilité de pilotage (relative)
  • décollage court voire lancer main possible !
  • accessibilité accu, turbine
  • qualité de l’assemblage, des accessoires

Points –

ou points à améliorer
  • la peinture d’origine marque facilement
  • suspension inexistante des trains d’atterrissage
  • emplacement de l’accu trop restreint pour un centrage optimum
  • finition des ailerons

Bons vols

MD

–> Acheter le l’Eurofighter de Graupner chez Millenium Modélisme

dernière minute, l’appareil du test est en vente prêt a voler avec l’accu qui va bien (et c’est un plus) chez milleniumRC à prix très raisonnable

il restera au futur pilote de monter ou pas toute la panoplie guerrière prévue par graupner.

Seance test-évaluation produits 2 juillet 2010

4 juillet 2010

l'autokite et le discus sont encore dans la voiture

le carburant

Ce vendredi matin, une petite réunion de travail sur le terrain… 7 appareils prêt a voler, réglés, voire modifiés par mes soins, (cf Blog), étaient  réunis pour une séance d’évaluation en exclusivité pour l’équipe MilleniumRc. En observateur, apprenti pilote, mon fiston, Alexandre 12 ans, parfait débutant mais qui a, par exemple, monté l’Apprentice et l’Autokite en suivant son instinct ou les notices… et c’est un bon test pour des produits destinés à des novices.

Programme de travail (!) de ce vendredi:

bref de tout et pour tous.. Certains de ces modèles on deja fait l’objet de tests approfondis dans ce même blog, pour les autres cela ne tardera pas trop si je m’y mets pas trop tard…. Cette journée est surtout l’occasion pour Eric, Vincent et Mathieu de conseiller la clientèle Millenium en connaissance de cause ! on ne pourra pas dire qu’ils ne savaient pas et c’est tant mieux pour les clients ! » En lire plus:Seance test-évaluation produits 2 juillet 2010

Discus 2ct Graupner (part 2 essais en vol)

10 juin 2010

Rappel de la méthode de Test MilleniumRc :
La part 1 du test porte sur la construction du modèle en suivant scrupuleusement les indications du fabricant. Si je remarque une aberration dans l’assemblage ou un une erreur manifeste, j’effectue les modifs indispensables qui vous sont alors signifiées dans l’article.
La part 2 porte sur les premiers essais en vol, sur l’eau, les rigolos diront sous l’eau ou sous terre… dans les conditions météo du moment. je publierai un tableau de synthèse point positifs, points négatifs à l’issue des premiers vols et des premières impressions.
La part 3 est rédigée bien plus tard quand le modèle a évolué dans différentes conditions météo, est passé dans plusieurs mains et a volé une vingtaine d’heures. On vous fera remonter notre expérience terrain. J’en profiterai pour vous faire part de toutes les modifications visant à fiabiliser -si besoin était- le modèle.  Cette dernière partie  présentera un tableau de synthèse mis à jour.

Internet, forums et compagnie….

J’ai regardé sur le net les commentaires au sujet de l’oiseau, mais plus globalement je vous offre ici ma position, dont vous n’avez peut être rien à faire…. mais c’est moi qui tape sur le clavier alors… Bref il y a de tout, du meilleur au pire et quelquefois un peu n’importe quoi ! Il faut faire le tri et pour cela, il est nécessaire d’être capable de discerner le vrai du moins vrai…

J’ai pu lire que le discus 2ct graupner ne savait pas voler sans ailerons, que le centrage du plan était trop arrière de 20mm, que le poids approchait 450 grammes etc etc. Moi idiot, ignare, débutant et discipliné, je respecte le plan et les instructions du fabricant dans un premier temps. Et quand un modèle est signé Graupner ou Multiplex ou Robbe, on n’a pas affaire a des rigolos. Donc, les avis du genre « c’est une m. », « il faut le charger pour avancer », « il est involable » ou « les forums allemands disent que…  » mais aussi  » c’est le dernier à rester en vol » , « c’est de la balle » etc… peu de chiffres, des avis assénés par des pseudos. Autant d’éléments factuels que de lingots d’or dans mon jardin… Ou alors on essaye pas les mêmes jouets !

Ici on est dans le réel, alors on teste, on mesure, on calcule et on essaye de vous donner des chiffres…et pas seulement des impressions et puis, pensez y, le modèle testé est visible à NANTES, on peut l’essayer, le voir voler et même le piloter… ce fameux modèle du test.

signé St Thomas..

Essais en vol

modèle construit conformément aux préconisations Graupner, seule exception : l’empennage horizontal a été rendu démontable soit +3gr à l’arrière pour faciliter le transport dans sa boite d’origine.

  • centrage conforme à la notice soit 70mm mesurés du BA
  • débattements maximum +/- 45° derive, + x, -y à la profondeur
  • poids complet prêt à voler : 340 grammes avec un accu 5 elements nimh et son interrupteur

1er lancer main :

Un jeu d’enfant, toutes les gouvernes au neutre, il file sur 50 sans difficulté et sans correction.  Donc je démonte la radio et je me mets au tricot… que dire de plus, vous pourriez réellement  l(offrir a votre bambin pour l’utiliser en vol libre. Si la matière était aussi résistante que de l’epp moulé de certains lancer main (mister Zoulou), vous pourriez le confier à un enfant de 5ans.

On va grandir un peu avec la deuxième phase d’essais

Remorquage :

Et oui, comme nous l’avons monté sans son pylône moteur, il va bien falloir prendre de la hauteur en ce plat pays. Un Elektro Trainer Graupner, 20m de ficelle, un décollage sur la piste grâce à la monoroue du Discus et tout le monde en l’air.

Le décollage sur la piste bitume est une formalité, éventuellement un peu de correction à la dérive, il décolle tout seul après 5m de roulage.  La prise d’altitude de l’attelage est ici rapide, et très réaliste. Nous avons pu effectuer quelques cercles durant la minute de remorquage. Le planeur suit aisément et n’a pas trop tendance à doubler le remorqueur. Son faible poids laisse pardonner toutes les erreurs tant du remorqueur que du pilote planeur. La plus grande difficulté est la visualisation de l’assiette d’un si petit modèle à 100metres d’altitude.

Le couple Elektro Trainer /Discus 2CT pourrait être conseillé pour l’apprentissage du remorquage sans risque et a peu de frais. La facilité de la mise en oeuvre de la propulsion électrique, la rapidité de montage des modèles ne peuvent que vous encourager a pratiquer cette discipline.

une gaine, une cap, une ouverture dans le fuseau et voila un crochet de remorquage homemade

Largage câble, le Discus est seul. Il répond doucement aux commandes, on aura du mal pour des évolutions tres serrées, mais il passe  quand même le tonneau (ou ce qui pourrait y resssembler)  à la dérive sur 100m !  Looping, renversement triché, vrille, la maniabilité est suffisante pour un vol tranquille.  Jean Francois donc c’étaient les premiers vols en planeur s’est fait peur quand l’oiseau s’est fait aspirer brutalement sous un nuage…. c’est quand même petit et la visibilité en vol de plaine à distance n’est pas des plus aisée.

Je remarque quand même une tendance à onduler sur l’axe de tangage malgré les tests de centrage qui semblaient corrects. Je mets cela sur un retour au neutre difficile de la profondeur. la gaine courbe dans le fuselage entraîne mécaniquement un jeu préjudiciable à la tenue de trajectoire. Les 3 pilotes presents n’ont pas été particulierement génés.

Le plané est appréciable et serait comparable à un RooKie ou un Easy star leger, la maniabilité également. Sa faible inertie le rends très réactif à la moindre ascendance.

vue generale la commande de crochet

Mais sa maniabilité modeste peut rendre difficile le centrage dans l’ascendance. Opinion a valider après quelques heures de vol cela sera l’objet de la 3eme partie du test

Modifs et ameliorations pour les pinailleurs :

Il me semble, néanmoins, intéressant d’installer un petit servo de profondeur directement dans la dérive pour une attaque directe du volet. l’épaisseur  le permet.

Attention à l’équilibrage, le servo sera dans la catégorie des 5gr max et on veillera a utiliser du câble fin et léger pour la connexion au récepteur. Il sera nécessaire de rajouter 10 à 15 gr de plomb dans le nez. évidemment cette modif devrait être réalisée avant le collage du fuselage pour éviter tout charcutage.

Si vous utilisez un nano servo, découpez la gouverne de profondeur et installez de vraies charnières plus souples qui diminueront la charge du servo. On conserve la commande de dérive qui « tire droit » et est pratiquement sans jeu.

Le longeron carbone permet d’insérer une tige filetée de 30gr  si on voulait charger le planeur pour améliorer sa pénétration un jour de grand vent. On pourrait également apposer sur le longeron un morceau de 50 cm de CAP de diamètre 5mm pour augmenter encore la charge alaire et le poids du modèle de 50gr supplementaires. Elle sera fixée provisoirement au ruban adhesif dans le logement  du longeron. Elle affleurera ainsi l’intrados.

C’est tout pour aujourd’hui, on testera le Discus en vol de pente ou il devrait faire merveille par petit temps et sans prise de tete.

a suivre (Part 3)

Points +

  • Facilité de transport si stab démontable
  • Qualité des matériaux et des composants
  • look craquant, aspect semi-maquette
  • qualité d’assemblage et de conception
  • integration des commandes, train d’atterrissage
  • poids, charge alaire faible
  • solidité generale tant au sol qu’en vol !
  • et facilité de pilotage en 2 axes

Points –

  • aspect de l’intrados laissant apparaître la tripaille, il manque un bout de mousse ou un autocollant
  • aspect et finition de la bulle mousse style galette de riz
  • commande profondeur trop souple, a modifier eventuellement

Bons vols

MD

mise à jour Juin 2010

–> Acheter le Discus 2CT de Graupner chez Millenium Modélisme

Rappel de la méthode de Test MD pour MilleniumRc :
La part 1 du test porte sur la construction du modèle en suivant scrupuleusement les indications du fabricant. Si je remarque une aberration dans l’assemblage ou un une erreur manifeste, j’effectue les modifs indispensables qui vous sont alors signifiées dans l’article.
La part 2 porte sur les premiers essais en vol, sur l’eau, les rigolos diront sous l’eau ou sous terre… dans les conditions météo du moment. je publierai un tableau de synthèse point positifs, points négatifs à l’issue des premiers vols et des premières impressions.
La part 3 est rédigée bien plus tard quand le modèle a évolué dans différentes conditions météo, est passé dans plusieurs mains et a volé une vingtaine d’heures. On vous fera remonter notre expérience terrain. J’en profiterai pour vous faire part de toutes les modifications visant à fiabiliser -si besoin était- le modèle.  Cette dernière partie  présentera un tableau de synthèse mis à jour.

le Discus 2CT, un jouet pour les grands… (construction, reglages part 1)

1 juin 2010

Le Discus 2CT de Graupner ressemble à un planeur mousse lancer main pour les bambins.

Ce n’est pas le mini discus que certains ont électrifié et à mon avis dénaturé. Non, plus grand avec 1m20 d’envergure, il est prévu par Graupner pour être radio commandé en 2 axes direction profondeur. Graupner propose aussi un pylône avec un speed 300 et une hélice repliable. Dommage, il perd beaucoup de son allure maquette. Ici nous évaluerons, dans un premier temps, la version planeur pente et plaine avec son crochet de remorquage. » En lire plus:le Discus 2CT, un jouet pour les grands… (construction, reglages part 1)

Elektro-Trainer Graupner (retour d’experience part 3)

25 mai 2010

Comme à accoutumée, vous aurez droit à la 3eme et dernière partie du test. Un petit rappel de la méthode :

La part 1 du test porte sur la construction du modèle en suivant scrupuleusement les indications du fabricant. Si je remarque une aberration dans l’assemblage ou un une erreur manifeste, j’effectue les modifs indispensables qui vous sont alors signifiées dans l’article.

La part 2 porte sur les premiers essais en vol, sur l’eau, les rigolos diront sous l’eau ou sous terre… dans les conditions météo du moment. Je publierai un tableau de synthèse point positifs, points négatifs à l’issue des premiers vols et des premières impressions.

La part 3 est rédigée bien plus tard quand le modèle a évolué dans différentes conditions météo, est passé dans plusieurs mains et a volé une vingtaine d’heures. On vous fera remonter notre expérience terrain. J’en profiterai pour vous faire part de toutes les modifications visant à fiabiliser -si besoin était- le modèle.  Cette dernière partie  présentera un tableau de synthèse mis à jour.

j’espère ainsi vous apporter notre expérience des dernières nouveautés des grands constructeurs. Vous lisez comme moi la presse modéliste, j’ai souvent regretté l’absence de retour d’expérience. Difficile de se prononcer sérieusement sur les qualités et défauts d’un modèle sans l’avoir utilisé plusieurs semaines. C’est l’objet de la troisième et derniere partie de nos tests. » En lire plus:Elektro-Trainer Graupner (retour d’experience part 3)

Elektro-Trainer Graupner sur l’eau, en l’air (part 2)

16 mai 2010

Sur terre, en l’air, sur l’eau, dans l’eau ?

Décollage sur piste en 10 metres en maitrisant la derive, n’oubliez pas c’est un train classique, ou à la main sans courir, moteur mi-gaz. La motorisation Millenium en 2S est très performante, tonneaux verticaux a perte de vue, mais attention, la qualité de l’accu (son courant de décharge) est essentielle. Je possède plusieurs accus 2S de capacité identique mais de fabricants différents. Le taux de montée passe de la verticale à 45° selon l’accu en début de decharge….Bref rien de comparable. Ceci étant posé, l’Elektro Trainer accepte toute la voltige de base et un peu plus, les tonneaux à facettes comme le vol tranche sont réalisables. La grande rigidité de la cellule permet beaucoup de fantaisies, déclenchés, loopings carrés etc.. La vrille est rapide avec un très fort taux de chute, elle s’arrête des le retour au neutre du manche. La vitesse d’approche est raisonnable, moteur arrêté, le plané est presque comparable à un Easy Star. Attention néanmoins aux virages, les gouvernes non soufflées sont plus molles. L’appareil est sain et peut se poser 3 points sans rebond avec un peu de pratique.  Il a, gentiment, tendance a faire la girouette et a se positionner nez au vent lors du roulage.

» En lire plus:Elektro-Trainer Graupner sur l’eau, en l’air (part 2)

Un Elektro-Trainer Haute Tension (part 1 construction/reglages)

2 mai 2010

Nouveauté 2009 relooké 2010, Graupner nous propose l’Elektro Trainer S. Destiné à l’apprentissage, le remorquage de petits planeurs (500gr) et à l’amerrissage ! » En lire plus:Un Elektro-Trainer Haute Tension (part 1 construction/reglages)